Le secteur de l’aéronautique au Maroc

14 h 35 min | publié dans : Blog

Note sur le secteur Aéronautique au Maroc

 

Mise à jour : août 2012

Source principale: Royaume du Maroc – Pacte national pour l’émergence industrielle – Contrat Programme 2009-2015

 

I.                   Introduction

Parmi les nombreux atouts du Maroc, le monde des affaires y tient une place non négligeable : régime des investissements étrangers, des infrastructures conséquentes, une place financière en développement, une forte consommation, une main d’œuvre qualifiée…

Le Maroc, de par lui-même, et de par son positionnement stratégique dans la région et sur tout le continent africain, peut créer les conditions d’un projet porteur pour les entreprises européennes.

ADEL CONSULTING vous propose des services de conseils, d’études et d’accompagnement dans le cadre de la prospection et du développement d’affaires.

Les liens étroits entre le Royaume du Maroc et l’Union européenne facilitent les relations entre les deux côtés de la Méditerranée (Statut avancé).

 

 

II.                Le pacte national marocain  pour l’émergence

 

Le Maroc est entré dans une ère de développement pérenne grâce aux choix clairs et irrévocables de construction d’un Etat de Droit, démocratique et ouvert sur le monde.

Face aux enjeux d’une économie globalisée qui évolue rapidement, comme en témoignent les transformations des secteurs industriels, sous l’impulsion du Roi Mohammed VI, les autorités incitent à relever les défis et à tirer le meilleur parti des atouts du Maroc.

Ainsi, tous les acteurs publics ou privés sont appelés à œuvrer ensemble pour créer au Maroc les richesses et les emplois qui offriront aux Marocains de meilleures opportunités de développement humain.

Le Pacte National pour l’Emergence Industrielle s’inscrit dans cette logique.

En mobilisant et coordonnant les actions de l’Etat et des opérateurs économiques, il vise à construire un secteur industriel fort et à créer un cercle vertueux de croissance. Il consacre, en outre, les principes démocratiques du dialogue et de la transparence, l’importance des ressources humaines et la responsabilité sociale des entreprises.

L’Etat marocain et le secteur privé ont scellé ensemble ce Pacte en formalisant un contrat programme couvrant la période 2009-2015. En consolidant dans un document unique leurs engagements mutuels, les partenaires espèrent apporter à l’ensemble des investisseurs la visibilité nécessaire sur ce que sera l’industrie marocaine de demain. Cette formule contractuelle est également une garantie de bonne exécution des mesures décidées en assurant la mobilisation de tous autour d’actions précises, concrètes, concertées et budgétisées.

 

III.               Vision et Objectifs

 

Le contrat programme vise à définir un cadre de développement comprenant toutes les activités industrielles, y compris les activités dites d’offshoring. En revanche il ne concerne pas les industries liées aux produits de la mer et à la Chimie-Parachimie, secteurs traités par ailleurs. Néanmoins, les chantiers transversaux liés à la Compétitivité des Entreprises concernent l’ensemble du tissu des entreprises marocaines, sans exclusive (y compris tourisme, BTP, etc.).

Ce contrat programme a pour objet de préciser le programme de déploiement de la stratégie de développement industriel du Maroc. Il vise d’autre part à contractualiser les engagements réciproques de l’Etat et du secteur privé.

Le contrat programme a été conçu autour de trois idées fondamentales :
• La nécessité absolue de focaliser les efforts de relance industrielle sur les filières pour lesquelles le Maroc possède des avantages compétitifs clairs et exploitables, à travers des programmes de développement dédiés.

• La nécessité de traiter l’ensemble du tissu des entreprises, sans exclusive, à travers 4 Chantiers Transversaux  majeurs, déclinés en un chantier de renforcement de la Compétitivité des PME, un chantier Amélioration du climat des affaires, un chantier Formation et un plan de développement de parcs industriels de nouvelle génération, dits «P2I – Plateformes Industrielles Intégrées.

• La nécessité de mettre en place une organisation institutionnelle à même de permettre la mise en œuvre efficace et efficiente des programmes.

Le contrat programme a pour but d’assigner au secteur les objectifs généraux suivants sur la période 2009-2015 :
• La création d’emplois industriels pérennes et la réduction du chômage urbain.
• L’augmentation du PIB industriel.
• La réduction du déficit commercial.
• L’appui à l’investissement industriel, tant national qu’étranger.
• La contribution à la politique d’aménagement du territoire.

Au Maroc, le secteur Aéronautique et Spatial est constitué de véritables centres d’excellence couvrant la production, les services, la maintenance et l’ingénierie.

Le nombre d’implantations s’est fortement accru ces dernières années avec des investissements cumulés depuis 2002 de 2,7 milliards de Dirhams[1]. Le secteur compte aujourd’hui plus de 60 entreprises (près de 70% ayant moins de 5 ans d’existence). Celles-ci ont réalisé, au titre de l’exercice 2008, un chiffre d’affaires de 6,6 milliards de Dirhams, avec un effectif de plus de 7.000 emplois et des métiers intégrant de plus en plus de valeur ajoutée.

Après l’annonce en juin 2012 de l’arrivée de BOMBARDIER au Maroc (projet d’investissement de 180 millions d’euros pour une usine), c’est au tour de la société RATIER FIGEAC de réaliser un nouvel investissement au Maroc pour une usine (ils sont déjà présents).

 

 

D’autres projets d’avionneurs et d’équipementiers pourraient également se concrétiser rapidement. Air France envisage de transférer une partie de la maintenance de ses Airbus (notamment les « grandes visites » d’avion) à Aerotechnic Industries, sa coentreprise avec la Royal Air Maroc (RAM). Le français Thales est en train d’étudier l’implantation d’une partie de son activité « radars » à Casablanca. Enfin, Aerolia, filiale de l’européen EADS, qui fabrique notamment les pointes avant des Airbus et dispose d’installations en Tunisie depuis 2009, évalue l’intérêt de s’installer lui aussi dans la capitale économique marocaine (Voir : Aéronautique marocain : nouvelles arrivées dans l’air, juillet 2012 par CHRISTOPHE LE BEC dans Jeuneafrique.com : Aéronautique marocain : nouvelles arrivées dans l’air | Jeune Afrique Economie | L’actualité économique et financière de l’Afrique).

 

 

Le potentiel estimé de développement est largement prometteur. Afin de le réaliser une Offre Maroc dédiée a été mise en place.

 

IV.               Une offre « Maroc » dédiée

L’Offre Maroc pour le secteur Aéronautique et Spatial s’articule autour de 3 volets :

Le cadre incitatif attractif via :

  • Le statut de zone franche offrant une exonération totale de l’IS pendant les 5 premières années, suivi d’un plafonnement à 8,75%,
  • Les aides à l’installation à hauteur de 10% du montant total de l’investissement.

Un dispositif de développement des Ressources Humaines qualifiées, avec :

Une offre immobilière diversifiée et conforme aux meilleurs standards internationaux au sein d’une Plateforme Industrielle Intégrée (P2I) dédiée et bénéficiant du statut de zone franche.

Par ailleurs, des offres de financement adaptées aux besoins des investisseurs viennent compléter l’Offre Maroc.

 

V.                 Une forte compétitivité sur les coûts

 

De par son positionnement géographique, le faible coût de sa main-d’œuvre et les incentives financiers qu’il offre, le Maroc présente pour le secteur Aéronautique et Spatial un avantage compétitif certain concernant les coûts d’exploitation.

 

 

VI.         Un environnement socio-économique favorable

Outre les mesures stratégiques adoptées pour renforcer l’attractivité de la destination Maroc, le Royaume dispose d’atouts structurels, favorables à l’émergence d’un tissu industriel dynamique et compétitif :

  • Proximité (3h de vol de Bruxelles)
  • Stabilité politique dans un environnement démocratique et apaisé
  • Culture d’ouverture et de tolérance
  • Performance économique récente favorable
  • Croissance solide basée sur des fondamentaux sains
  • Accès à un marché d’un milliard de consommateurs
  • Main d’œuvre qualifiée, aux coûts compétitifs

 

 

 

 

Contact :

consulting@adelevents.com



[1] 1 euro = +/- 11 dirhams.


[haut]
Laisser un commentaire